Archives par étiquette : greffe osseuse

L’autogreffe prélevée sur le crâne.

Cette fiche d’information a été conçue pour tenter de répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser si vous envisagez d’avoir recours à une greffe osseuse pré-implantaire d’origine crânienne. Le but de ce document est de vous apporter tous les éléments d’information nécessaires et indispensables pour vous permettre de prendre votre décision en parfaite connaissance de cause. Aussi vous est-il conseillé de le lire avec la plus grande attention.

L’allogreffe est une greffe osseuse prélevée sur vous, au cours de l’intervention. C’est sans doute dans cette situation que l’os greffé est de meilleure qualité.

Indications :

  1. Le prélèvement d’os crânien permet de réaliser toutes les reconstructions osseuses étendues qu’il s’agisse d’épaissir des crêtes (apposition osseuse) et/ou de combler des cavités sinusiennes.

  2. .  Dans certains cas, le crâne est le meilleur site de prélèvement osseux. En effet :
    – il laisse une cicatrice masquée par les cheveux,
    – il permet d’apporter une quantité d’os importante,
    sa ressemblance et son origine embryologique identique à celui de la mâchoire fait qu’il se résorbe moins (dure plus longtemps),
    – la technique est parfaitement maîtrisée,
    – les suites opératoires sont plus simple que les autres prélèvements osseux à proximité d’une articulation (mâchoire, anche, genou…).

Principe :

L’os du crâne est composé de trois couches :
– la corticale interne (au contact de la méninge)
– l’os médullaire
– la corticale externe (sous la peau appelée cuir chevelu)
En général, on peut prélever la corticale externe et l’os médullaire. Il peut arriver de prélever la corticale interne.

Il n’est pas nécessaire de reconstruire l’os car il a tendance à se reformer tout seul. Cependant, par mesure de précaution, dans certains cas, on peut être amenés à appliquer un ciment orthopédique, ou autre matériau de reconstruction osseuse.

Incidents / complications :

  1. Pendant l’intervention :
    – Le risque hémorragique est très faible même si le cuir chevelu a tendance à saigner. Il n’y a jamais besoin de recourir à une transfusion de produits sanguins.
    – Le prélèvement peut parfois emporter un petit fragment de la corticale interne en exposant les enveloppes du cerveau. Des fragments osseux prélevés en périphérie permettront de recouvrir cette zone sans problème.
    – D’exceptionnelles complications neurologiques, le plus souvent réversibles, ont été rapportées dans la littérature. Elles peuvent  être liées soit à une technique opératoire inappropriée, soit à la consultation d’un hématome compressif entre le cerveau et le crâne. Dans ce cas, un scanner et une ré-intervention urgente seront nécessaires. Les complications décrites ont toujours été réversibles.
    – D’exceptionnelles complications irréversibles ont été rapportées dans la littérature, mais leur lien avec l’intervention n’a pas été clairement démontré.

  2. Après l’intervention
    – Un hématome sous le cuir chevelu peut se constituer les jours qui suivent. S’il est important, il sera évacué par ponctions aspiratives.
    – Une infection de la cicatrice est toujours possible et se traduit par une tuméfaction rouge et douloureuse ou un écoulement.
    – La zone cicatricielle peut apparaître clairsemée, car il est fréquent de perdre des cheveux le long de la cicatrice. La repousse des cheveux se fera progressivement sans séquelle esthétique le plus souvent.
    – Parfois, l’os prélevé ne se reconstitue pas, il restera une légère dépression perçue à la palpation.
    – Les consultations de contrôle sont habituellement prévues au 7ème et 14ème jour.
    – En cas d’apparition d’un de ces incidents, n’hésitez pas à téléphoner et consulter pour obtenir le traitement le plus adapté.

En résumé :

Examens pré-opératoires : deux téléradiographies de face et de profil permettent d’apprécier l’épaisseur du crâne. Elles vous seront prescrites et à réaliser en pré-opératoire ou des coupes de scanners supplémentaires réalisées en même temps que le denta-scanner.

Anesthésie : l’intervention est réalisée sous anesthésie générale. Une consultation d’anesthésie est obligatoire.

Hospitalisation : elle sera faite la veille au soir de l’intervention ou le matin même dans certains cas. La durée de l’hospitalisation habituelle est de 24 à 48 heures. Avant l’intervention, une (à deux) douche(s) avec shampoing antiseptique est indispensable.

Suites post-opératoires : la tête est entourée d’un pansement légèrement compressif avec un drain aspiratif destiné à éviter la constitution d’hématomes sous le cuir chevelu. Ils seront retirés le lendemain ou le surlendemain. Le prélèvement est en général peu douloureux. Des antalgiques sont systématiquement prescrits en post-opératoire. Les shampoings démêlants sont possibles à partir du troisième jour sans frotter la cicatrice. Les fils de suture ou les agrafes sont enlevés entre le 10ème et le 14ème jour.