Archives par étiquette : chirurgie esthétique

Le lifting cervico-facial

Le but de ce document est de vous apporter tous les éléments d’information nécessaires et indispensables pour vous permettre de prendre votre décision en parfaite connaissance de cause. Aussi vous est-il conseillé de le lire avec la plus grande attention.

Définition

  1. Il existe aujourd’hui plusieurs types de liftings qui permettent d’améliorer les disgrâces provoquées par le vieillissement du visage et du cou, soit de manière localisée, soit de manière plus étendue.

  2. Le lifting cervico-facial est le plus fréquemment réalisé ; c’est la correction chirurgicale du vieillissement au niveau du cou ainsi qu’au niveau du visage depuis la région des tempes jusqu’à la région des bajoues.

Cette chirurgie à but esthétique ne peut être prise en charge par l’assurance maladie.

Objectifs

  1. L’opération a pour but de traiter l’affaissement et le relâchement de la peau et des muscles du visage (tempes et sourcils, joues, bajoues, ovale du visage) et du cou.

L’objectif d’une telle intervention n’est pas de changer la forme et l’aspect du visage. Au contraire, la simple restauration des différentes structures anatomiques de la face et du cou (peau, muscles, graisse) permet à l’opéré(e) de retrouver l’aspect qui était le sien quelques années auparavant.

Principes

  1. Les muscles sont remis en tension, de manière à corriger leur relâchement. La peau est ensuite redrapée à la demande sur les nouveaux galbes, sans traction excessive. Cette double action permet d’obtenir un résultat naturel (car la peau n’est pas trop tirée), durable (car le plan musculaire est solide), des suites opératoires en général assez simples (la peau « marque » moins parce qu’elle est peu traumatisée, du fait de la tension et du décollement limités). Les surcharges graisseuses éventuelles peuvent être traitées par lipoaspiration.

  2. À l’inverse, si le visage est émacié, cet aspect peut être corrigé dans le même temps par réinjection de graisse autologue (lipostructure).

Ainsi, le visage et le cou sont en quelque sorte « reconstruits », «restructurés ».

  1. En revanche, les rides d’expression, les rides de la patte d’oie ou les rides péribuccales ne sont pas modifiées.

Les rides profondes sont améliorées par la tension exercée sur la peau sans jamais disparaître complètement.

L’aspect des paupières n’est pas corrigé par un lifting cervicofacial isolé.

Les incisions cutanées nécessaires sont cachées pour l’essentiel dans les cheveux (au niveau des tempes et de la nuque) et au pourtour de l’oreille. La cicatrice est ainsi presque entièrement dissimulée.

  1. Le lifting cervico-facial peut être fait dès que les signes de vieillissement apparaissent et qu’une demande de correction motivée en est formulée, généralement à partir de 40 ou 45 ans.

Cette intervention peut être associée à un autre geste de chirurgie esthétique faciale : chirurgie esthétique des paupières (blépharoplastie), correction de l’affaissement et des rides du front (lifting frontal endoscopique). Elle peut aussi être complétée par des thérapeutiques médico-chirurgicales (laserbrasion, dermabrasion, peeling, traitement médical des rides ou sillons, injections de toxine botulique).lifting1

Avant l’intervention

  1. Un bilan préopératoire habituel est réalisé conformément aux prescriptions.

  2. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.

  3. Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les dix jours précédant l’intervention.

  4. L’arrêt du tabac est vivement recommandé, au moins un mois avant et un mois après l’intervention (le tabac peut être à l’origine d’un retard de cicatrisation).

  5. Il sera pratiqué un lavage des cheveux la veille de l’intervention et un démaquillage soigneux le jour de l’intervention.

  6. Il est fondamental de rester à jeun (ne rien manger ni boire) six heures avant l’intervention.

Type d’anesthésie

  1. Le lifting cervico-facial peut être réalisé sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale approfondie par des tranquillisants administrés par voie intra-veineuse (anesthésie « vigile »).

Le choix entre ces différentes techniques sera le fruit d’une discussion entre vous, l’anesthésiste et le chirurgien.

Modalités d’hospitalisation

  1. Une hospitalisation de 24 à 48 heures est habituellement nécessaire.

L’intervention

  1. Chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats. Toutefois, on peut retenir des principes de base communs.

  2. L’incision est en grande partie cachée dans les cheveux et au pourtour de l’oreille.

À partir des incisions, un décollement est fait sous la peau ; son étendue est fonction de chaque cas, notamment de l’importance du relâchement des tissus.

  1. On procède ensuite à la remise en tension du plan musculaire, extrêmement précise et dosée, afin de corriger l’affaissement, tout en conservant au visage son expression.

En cas de surcharge graisseuse localisée, une lipoaspiration est effectuée dans le même temps opératoire : elle peut agir sur le cou, le menton, les bajoues et les joues.

La peau est alors redrapée naturellement, l’excédent cutané supprimé, les sutures faites sans tension.

  1. En fin d’intervention, certains chirurgiens réalisent un pansement qui fait le tour de la tête.

  2. En fonction du chirurgien, de l’importance des corrections à apporter et des gestes éventuellement associés, l’intervention peut durer de deux à trois heures.

lifting2

Après l’intervention : les suites opératoires

  1. La sortie pourra intervenir soit le lendemain, soit le surlendemain de l’intervention.

  2. Les premiers jours, il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent.

Au cours de ces premiers jours, l’opéré(e) ne doit ni s’étonner ni s’inquiéter :

d’un œdème (gonflement) qui peut être plus accentué le deuxième jour que le premier

d’ecchymoses (bleus) dans la région du cou et du menton

d’une sensation de tension douloureuse, surtout en arrière des oreilles et autour du cou

Ces ecchymoses et ces œdèmes disparaissent en moyenne dans les deux semaines postopératoires.

  1. Au bout du premier mois, le gonflement a en général presque disparu. Mais il persiste une légère induration des zones décollées, plus palpable que visible. Les oreilles et les joues ne retrouvent leur sensibilité normale qu’un ou deux mois plus tard.

  2. Parfois, on peut observer, pendant plusieurs semaines après l’intervention, une sensation d’inconfort, de tension des tissus, de pesanteur un peu désagréable, pouvant durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois.

  1. Les cicatrices sont cachées en avant et en arrière par les cheveux. La seule zone légèrement visible, en avant de l’oreille, peut être temporairement masquée par la coiffure ou le maquillage.

Schématiquement on est :

– au cinquième ou sixième jour, présentable pour les intimes

– vers le huitième jour, présentable pour ses amis ; mais pour paraître devant les personnes dont on veut qu’elles ignorent l’opération, il est nécessaire de prévoir deux à trois semaines, en l’absence de complications.

Le résultat :

  1. Au bout de deux à trois mois, on peut avoir une bonne idée du résultat définitif. Mais les cicatrices sont encore un peu rosées et indurées et ne s’atténuent que vers le sixième mois.

  2. Grâce aux progrès accomplis et à une grande minutie technique, on obtient le plus souvent un effet de rajeunissement appréciable, qui reste toutefois très naturel : le visage n’a pas un aspect «chirurgical» et a retrouvé approximativement les traits qui étaient les siens huit ou 12 ans auparavant, ce qui donne globalement un aspect reposé, détendu et rafraîchi.

Cette amélioration physique s’accompagne en règle générale d’un mieux être psychologique.

  1. Le but de cette chirurgie est d’apporter une amélioration et non pas d’atteindre la perfection. Si vos souhaits sont réalistes, le résultat obtenu devrait vous donner une grande satisfaction.

  2. À long terme, le lifting cervico-facial a permis de lutter contre les outrages du temps, mais le vieillissement continue à faire son œuvre et l’on peut éventuellement envisager une nouvelle intervention à type de lifting au bout d’une dizaine d’années.

Les imperfections de résultat

Il peut s’agir pour l’essentiel :

d’un œdème (gonflement) persistant au niveau de certaines zones au-delà du troisième mois et qui peut nécessiter des massages

d’une reproduction partielle du relâchement des tissus, notamment de la partie antérieure du cou, lorsque la ptôse était importante avant l’intervention

de cicatrices trop visibles ou de chute de cheveux localisée dans la région des tempes (alopécie) qui peuvent nécessiter une retouche chirurgicale à distance (six mois à un an).

Les complications envisageables :

  1. Le lifting cervico-facial, bien que réalisé pour des motivations essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale, ce qui implique les risques liés à tout acte médical, aussi minime soit-il.

Il faut distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles liées au geste chirurgical.

  1. En ce qui concerne l’anesthésie, lors de la consultation, le médecin anesthésiste informera lui-même le patient des risques anesthésiques. Il faut savoir que l’anesthésie induit dans l’organisme des réactions parfois imprévisibles, et plus ou moins faciles à maîtriser : le fait d’avoir recours à un anesthésiste parfaitement compétent, exerçant dans un conteste réellement chirurgical fait que les risques encourus sont devenus statistiquement presque négligeables.

Il faut savoir, en effet, que les techniques, les produits anesthésiques et les méthodes de surveillance ont fait d’immenses progrès ces 20 dernières années, offrant une sécurité optimale, surtout quand l’intervention est réalisée en dehors de l’urgence et chez une personne en bonne santé.

  1. En ce qui concerne le geste chirurgical : en choisissant un chirurgien qualifié et compétent, formé à ce type d’intervention, vous limitez au maximum ces risques, sans toutefois les supprimer complètement.

  1. Heureusement, les suites opératoires sont en général simples au décours d’un lifting cervico-facial réalisé dans les règles et les vraies complications sont assez rares.

En pratique, la grande majorité des interventions se passent sans aucun problème et les patient(e)s sont satisfait(e)s de leur résultats.

Pour autant, et malgré leur rareté, vous devez quand même connaître les complications possibles :

un hématome nécessitant une évacuation rapide

une nécrose cutanée localisée responsable d’un retard de cicatrisation (le risque en est très accru par l’intoxication tabagique)

l’infection est exceptionnelle

des lésions nerveuses, en particulier la lésion d’une branche du nerf facial susceptible d’entraîner une parésie, voire une paralysie faciale, sont tout à fait exceptionnelles et les séquelles de telles complications disparaissent le plus souvent en quelques mois ;

des cicatrices anormales, hypertrophiques (formation d’un bourrelet allongé) voire chéloïdes (excroissance du derme), d’apparition et d’évolution imprévisibles, peuvent compromettre l’aspect esthétique du résultat et requièrent des traitements locaux spécifiques souvent longs.

  1. Au total, il ne faut pas surévaluer les risques mais simplement prendre conscience qu’une intervention chirurgicale, même apparemment simple, comporte toujours une petite part d’aléas.

  2. Le recours à un chirurgien qualifié vous assure que celui-ci a la formation et la compétence requises pour savoir éviter ces complications ou les traiter efficacement le cas échéant.

Préparation : lavage des cheveux la veille, rasage lors de l’hospitalisation limité aux zones de cicatrices.

Durée de la chirurgie : 1 heure 30 à 4 heures.

Temps d’hospitalisation : 12 à 48 heures selon l’importance.

Anesthésie : locale ou sédation vigile ou générale.

Douleur : Modérée (3/7) calmée par les antalgiques légers et anti-inflammatoires de courte durée.

Soins : Applications fraîches sur le visage, drain 24 heures.

Complications : Rares: hématomes, infection, retard de cicatrisation / exceptionnelles: paralysie faciale.

Contre-indications temporaires ou définitives : tabac, hypertension, diabète mal équilibré, traitement faisant saigner. Suivi : de 8 à 10 jours pour le retrait des fils ou agrafes.       Contrôle à 2 mois, 6 mois, 1 an.

Eviction sociale : 8 à 20 jours en l’absence de complications.

 

Chirurgie esthétique des paupières ou blépharoplastie esthétique

 Chirurgie esthétique des paupières ou blépharoplastie esthétique

Cette fiche d’information a été conçue pour tenter de répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser si vous envisagez d’avoir recours à une chirurgie esthétique des paupières.

Le but de ce document est de vous apporter tous les éléments d’information nécessaires et indispensables pour vous permettre de prendre votre décision en parfaite connaissance de cause. Aussi vous est-il conseillé de le lire avec la plus grande attention.

Définition

  1. Les « blépharoplasties » désignent les interventions de chirurgie esthétique des paupières qui visent à supprimer les disgrâces présentes, qu’elles soient héréditaires ou dues à l’âge.

  2. Elles peuvent concerner uniquement les deux paupières supérieures ou inférieures, ou encore les quatre paupières à la fois.

  3. Une blépharoplastie peut être réalisée isolément ou être associée à une autre intervention de chirurgie esthétique du visage (lifting frontal, lifting temporal, lifting cervico-facial).

Les objectifs

  1. Une blépharoplastie se propose de corriger les signes de vieillissement présents au niveau des paupières et de remplacer l’aspect «fatigué» du regard par une apparence plus reposer et détendue.

  2. Les disgrâces les plus communément en cause sont les suivantes :

  3. paupières supérieures lourdes et tombantes, avec excès de peau formant un repli plus ou moins marqué,

  4. paupières inférieures affaissées et flétries, avec petites rides horizontales consécutives à la distension cutanée,

  5. hernies de graisses, responsables de «poches sous les yeux» au niveau des paupières inférieures ou de paupières supérieures «bouffies».

Les principes

  1. L’intervention vise à corriger ces disgrâces de façon durable, en supprimant chirurgicalement les excès cutanés et musculaires ainsi que les protrusions graisseuses, et ce, bien sûr, sans altérer les fonctions essentielles des paupières.

  2. Il faut noter que de nombreuses autres altérations peuvent être présentes mais que leur traitement n’est possible qu’en utilisant des techniques très complexes qu’une simple blépharoplastie classique, ou en ayant recours à des procédés chirurgicaux complémentaires.

Il en va ainsi de l’affaissement du front et de la chutes des sourcils, des rides «du lion» entre les sourcils, des rides « de la patte d’oie» au coin des yeux, des «cernes», des yeux «tristes» avec coins des yeux tombants, ainsi que des petites imperfections de surface de la peau (cicatrices, taches…).

  1. L’intervention, pratiquée aussi bien chez la femme que chez l’homme, est couramment effectuée dès la quarantaine. Toutefois, elle est parfois réalisée beaucoup plus précocement lorsque les disgrâces sont constitutionnelles (facteurs héréditaires) et non pas liées à l’âge, comme certaines «poches graisseuses».

Avant l’intervention

  1. Un interrogatoire, suivi d’un examen des yeux et des paupières, aura été réalisé par le chirurgien à la recherche d’anomalies pouvant compliquer l’intervention, voire de la contre-indiquer.

  2. Un examen ophtalmologique est réalisée conformément aux prescriptions.

  3. Le médecin anesthésiste sera vu en consultation au plus tard 48 heures avant l’intervention.

  4. En fonction du type d’anesthésie, on pourra vous demander de rester à jeun (ne rien manger ni boire) 6 heures avant l’intervention.

Types d’anesthésies et modalités d’hospitalisation

  1. Types d’anesthésie : 3 procédés envisageables :

  2. anesthésie locale pure, où un produit analgésique est injecté localement afin d’assurer l’insensibilité des paupières

  3. anesthésie locale approfondie par des tranquillisants  administrés par voie intra-veineuse

  4. anesthésie générale classique, durant laquelle vous dormez complètement.

  5. Le choix entre ces différentes techniques sera le fruit d’une discussion entre vous, le chirurgien et l’anesthésiste.

  1. Modalités d’hospitalisation

  2. L’intervention peut se pratiquer en «ambulatoire, c’est-à-dire avec une sortie le jour même après quelques heures de surveillance.

  3. Toutefois, dans certains cas, une courte hospitalisation peut être préférable. L’entrée s’effectue alors le matin (ou parfois la veille dans l’après-midi) et la sortie est autorisée dès le lendemain.

L’intervention

  1. Chaque chirurgien adopte une technique qui lui est propre et qu’il adapte à chaque cas pour obtenir les meilleurs résultats.

Toutefois, on peut retenir des principes de base communs:

1) Incisions cutanées:

Paupières supérieures: elles sont dissimulées dans le sillon situé à mi-hauteur de la paupière, entre la partie mobile et la partie fixe de la paupière.

Paupières inférieures: elles sont placées 1 à 2 mm sous les cils, et peuvent se prolonger un peu en dehors.blepharo

  1. Le tracé de ces incisions correspond bien sûr à l’emplacement des futures cicatrices, qui seront donc dissimulées dans des plis naturels.

Remarque: Pour les paupières inférieures, en cas de « poches » isolées (sans excès de peau à enlever), on pourra réaliser une blépharoplastie par voie trans-conjonctivale, c’est à dire utilisant des incisions placées à l’intérieur des paupières et ne laissant donc aucune cicatrice visible sur la peau.

 

  1. Résections

  2. A partir de ces incisions, les hernies graisseuses inesthétiques sont retirées et l’excédent de muscle et de peau relâchés est supprimé. A ce stade, de nombreux raffinements techniques peuvent être apportés, pour s’adapter à chaque cas et en fonction des habitudes du chirurgien.

  1. Sutures

  2. Elles sont réalisées avec des fils très fins, habituellement non résorbables (à retirer après quelques jours).

En fonction du chirurgien, du nombre de paupières à opérer, de l’ampleur des améliorations à apporter, et de la nécessité éventuelle de gestes complémentaires, l’intervention peut durer de une demi-heure à deux heures.

Les suites opératoires

  1. Il n’y a pas de véritables douleurs, mais éventuellement un certain inconfort avec une sensation de tension des paupières, une légère irritation des yeux ou quelques troubles visuels.

  1. Les premiers jours il faut se reposer au maximum et éviter tout effort violent.

  1. Les suites opératoires sont essentiellement marquées par l’apparition d’un œdème (gonflement) et d’ecchymoses (bleus) dont l’importance et la durée sont très variables d’un individu à l’autre.

On observe parfois durant les premiers jours une impossibilité de fermer totalement les paupières ou un léger décollement de l’angle externe de l’œil qui ne s’applique plus parfaitement sur le globe. Il ne faudra pas s’inquiéter de ces signes qui sont en règle rapidement réversibles.

Les fils sont retirés entre le 3ème et le 6ème jour après l’intervention.

Les stigmates de l’intervention vont s’atténuer progressivement, permettant le retour à une vie socio-professionnelle normale après quelques jours (6 à 20 jours selon l’ampleur des suites).

Les cicatrices peuvent rester un peu rosées durant les premières semaines, mais leur maquillage est rapidement autorisé (habituellement dès le 7ème jour).

Une légère induration des zones décollées peut persister quelques mois, mais n’est pas perceptible par l’entourage.

Le résultat

  1. Un délai de 3 à 6 mois est nécessaire pour apprécier le résultat. C’est le temps nécessaire pour que les tissus aient retrouvé toute leur souplesse et que les cicatrices se soient estompées au mieux.

  2. L’intervention aura le plus souvent permis de corriger le relâchement cutané et de supprimer les hernies graisseuses, rectifiant ainsi l’aspect vieilli et fatigué du regard.
  • Les résultats d’une blépharoplastie sont en règle générale parmi les plus durables de la chirurgie esthétique. L’ablation des « poches » est pratiquement définitive, et ces dernières ne récidivent habituellement jamais. La peau par contre, continue à vieillir et la laxité en résultant peut, à la longue, reproduire le plissement des paupières. Pour autant, il est rare qu’une nouvelle intervention soit envisagée avant une douzaine d’années.

  • blepharoAA

Les imperfections du résultat

  1. Elles peuvent résulter d’un malentendu concernant ce que l’on peut raisonnablement espérer. Il en est ainsi de l’affaissement du front et la chute des sourcils qui ne peuvent être corrigés que par un lifting fronto-temporal.

  2. Elles peuvent aussi survenir du fait de réactions tissulaires inattendues ou de phénomènes cicatriciels inhabituels. On peut ainsi voir persister une partie des altérations (fines ridules en particulier) ou obtenir un œil un peu trop creux (rebord osseux de l’orbite visible) ou observer une légère rétraction vers le bas des paupières inférieures, ou encore déceler une petite asymétrie ou des cicatrices un peu trop « blanches ».

  3. Ces imperfections peuvent être corrigées, le cas échéant, par une petite « retouche » qui se fera la plupart du temps sous simple anesthésie locale, à partie du 6ème mois après l’intervention initiale.

Les complications envisageables

  1. Une blépharoplastie, bien que réalisée pour des motivations essentiellement esthétiques, n’en reste pas moins une véritable intervention chirurgicale ce qui implique les risques liés à tout acte médical, aussi minime soit-il.

  2. Il faut distinguer les complications liées à l’anesthésie de celles liées au geste chirurgical:

  3. L’anesthésie :

Lors de la consultation, le médecin anesthésiste informera lui-même le patient des risques anesthésiques. Il faut savoir que l’anesthésie induit dans l’organisme des réactions parfois imprévisibles, et plus ou moins faciles à maîtriser: le fait d’avoir recours à un anesthésiste parfaitement compétent, exerçant dans un contexte réellement chirurgical fait que les risques encourus sont devenus statistiquement presque négligeables.

  1. Le geste chirurgical : malgré leur rareté, les complications sont possibles:

  2. hématomes : la plupart du temps sans gravité, ils peuvent être évacués s’ils sont trop importants.

  3. infection : exceptionnelles lors d’une blépharoplastie, à part quelques rares micro-abcès développés sur un point de suture et facilement traités par de petits soins locaux.

  4. anomalies de cicatrisation : très rares au niveau des paupières où la peau, très fine, cicatrise de façon quasiment invisible, il peut toutefois arriver que les cicatrices ne soient pas, à terme, aussi discrètes qu’escompté.

  5. kystes épidermiques, lésions de la surface oculaire, troubles de la sécrétion des larmes, chémosis (oedème de la conjonctive qui prend un aspect gélatineux), ptosis (difficulté à ouvrir complètement la paupière supérieure) lagophtalmie (impossibilité de fermer complètement la paupière supérieure), éctropion (rétractation vers le bas de la paupière inférieure).

Préparation : Douche la veille.

Temps d’hospitalisation : Chirurgie ambulatoire ou 24 H

Durée de la chirurgie : 60 à 90 minutes.

Anesthésie : Locale ou sédation vigile ou générale.

Douleur : Modérée (3/7), calmée par les antalgiques légers et anti-inflammatoires de courte durée

Soins : Pansement de protection 48 heures, puis simple désinfection à la maison après la douche de la cicatrice, fils 4 à 8 jours, bandeau souple 3 semaines.

Complications : Rares : hématome, infection, cicatrisation retardée ou anormale / exceptionnelle : nécrose cutanée.

Contre-indications temporaires ou définitives : Tabac, hypertension, diabète mal équilibré, traitement faisant saigner.

Éviction sociale : 3 -8 jours.

Ce qu’il faut savoir sur l’acide hyaluronique

Traitement avec les produits injectables biodégradables à base d’acide hyaluronique réticulé d’origine non animale et 0.3% de lidocaïne.

Ces produits sont des implantsachyaluronique injectables biodégradables utilisés dans les traitements esthétiques du visage tels que la correction des lignes et des rides, l’augmentation du volume des lèvres et la correction des contours. La présence de lidocaïne vise à réduire la sensation douloureuse du patient.

Ils sont injectés dans le derme pour corriger les rides, les plis et les contours du visage ou pour augmenter le volume des lèvres.

L’effet esthétique peut persister jusqu’à 12 mois en moyenne. Cet effet varie en fonction de l’état de la peau, de la zone du visage traitée, de la quantité de gel injecté, de la technique d’injection et du mode de vie du patient (exposition au soleil, tabagisme).

Continuer la lecture

Ce qu’il faut savoir sur la toxine botulique

Injections de toxine botulinique dans le traitement des rides de la face

Utilisation de la toxine botulique

  1. L’indication de la toxine botulique doit être portée, pour chaque patient, par un dermatologue ou un autre médecin habilité à faire des injections, ou confirmé par ce dermatologue si vous êtes adressé par un autre médecin. Les meilleures indications sont les rides de la glabelle (rides du lion), du front et de la patte d’oie. Au cours de cette consultation, le médecin vous donnera toutes les explications sur ces injections et calculera la dose de toxine botulique qui vous est nécessaire.

  1. Déroulement des injections : le jour des injections, vous n’avez pas besoin d’être à jeun. Pour les femmes, il faut venir sans maquillage ou l’enlever avant les injections. Pendant les deux heures qui suivent, il est recommandé de ne pas faire de sport intensif et de ne pas vous allonger. Il faut également éviter les massages locaux pendant les 24 heures qui suivent la séance pour limiter le risque de fuite du produit vers les muscles périphériques. Il est très important de minimiser les risques de bleus ou de saignements des régions traitées, en ne prenant pas d’aspirine ou de médicaments agissant sur la coagulation du sang, pendant les 8 jours qui précèdent et 8 jours qui suivent les injections.

  1. Effets : les résultats son visibles au bout de quelques jours. Pendant les 15 premiers jours, les effets sur le visage peuvent être variables avant de finir par se stabiliser. Les effets durent environs 4 mois environ. Les résultats se prolongent plus longtemps avec la répétition des injections (6 à 10  mois)

Une consultation est conseillée 2 semaines après les injections pour juger des résultats.

  1. Fréquence des injections : les injections doivent être réalisées plusieurs fois à 3 – 5 mois d’intervalle afin d’obtenir une certains stabilité du résultat. Il est recommandé de ne jamais rapprocher à moins de 3 mois les séances des injections pour éviter notamment de créer une résistance au produit. En cas de peau épaisse ou de «cassure profonde», il peut être nécessaire de réaliser d’autres techniques (comblement) pour optimiser le résultat ; c’est votre médecin qui adaptera les doses, les fréquences et les traitements associés.

Quelles précautions adopter?

Vous devez informer le médecin

  1.    Si vous êtes déjà soigné(e) par des injections de toxine botulique pour des spasmes pathologiques, si vous avez eu un épisode de paralysie des muscles de la face, si vous souffrez d’une maladie neuromusculaire, d’un thymome (tumeur bénigne ou maligne qui se développe au dépens des cellules du thymus, organe situé devant la trachée) ou de trouble de la coagulation. Il jugera avec votre médecin traitant de l’opportunité des injections et de la meilleure manière de procéder s’il y a lieu.

  2.   Si vous prenez des médicaments de la famille des aminosides (antibiotiques), des anticoagulants ou de l’aspirine, si vous êtes allergique à l’œuf ou à l’albumine. L’injection est alors contre-indiquée.

  3.     Le fait d’être enceinte, même de quelques jours seulement, nécessite de repousser la date des injections après la grossesse et l’allaitement éventuel. Vous devez par conséquent, en cas de moindre doute, effectuer les examens nécessaires et en communiquer les résultats au médecin.

  4.    D’une manière générale, vous devez mentionner au médecin le moindre problème de santé rencontré afin qu’il apprécie l’opportunité des injections.

Quels sont les risques?

Ils sont transitoires, rares mais peuvent être gênants :

  1.   Localement : rougeur ou hématome (bleu) au point d’injection, gonflement autour des yeux qui peut s’installer en 4 à 5 jours et décroître ensuite en quelques jours ou semaines, troubles de la sensibilité avec sensation de tension du front ou de fixité, douleurs fugaces oculaires ou faciales.

  2.   Imperfections de résultats : persistances de ridules, asymétrie, surélévation d’un sourcil, troubles de la mimique. Elles feront l’objet d’une correction rapide soit par toxine soit par d’autres techniques.

  3.       Complications : maux de tête, descente du sourcil ou de la paupière, sécheresse oculaire et de manière exceptionnelle: allergie, nausées, vertige, fatigue, syndrome grippal, sécheresse cutanée ou buccale.

Les actes à visée esthétique en particulier les injections de toxine botulique ont pour objectif de vous satisfaire dans des proportions réalistes. Il arrive cependant que l’effet escompté ne soit pas atteint et que les résultats obtenus augmentent au contraire des troubles psychologiques préexistants. Le vécu post-injections peut être extrêmement différent d’un patient à l’autre, et ce, même avec un résultat esthétique comparable. Dans le cas de la toxine botulique, le rajeunissement est obtenu en contre-partie d’une diminution, voire d’une disparition de certaines expressions du visage. Cet aspect a été évalué avec vous pour éviter les risques de déconvenue, notamment si vous êtes acteur, présentateur…

Le consentement

Votre dermatologue ou spécialiste vous a communiqué toutes les informations sur les éventuels aléas relatifs à ce type d’interventions, les effets secondaires possibles, les inconvénients mineurs et les risques connus inhérents à cet acte médical, et a discuté avec vous des alternatives chirurgicales ou thérapeutiques. Votre consentement aux injections fait suite à cette information détaillée et suffisamment claire pour arrêter votre choix. Si l’un quelconque de ces points restait incompris, vous devez lui en faire part dès maintenant.

Cette correction esthétique n’est pas pris en charge par le Sécurité Sociale.

Qu’est-ce que la toxine botulique?

Ce document a pour but de donner les informations utiles préalables à  tout consentement à des injections de toxine botulique de type A à visée esthétique.

 

La toxine Botultoxine_profilique est une protéine issue de culture bactérienne « Clostridium Botulinum ». Elle est utilisée depuis 1989  pour avoir diminuer les contractions des muscles pour traiter le strabisme ou le blépharospasme. Depuis, de nombreuses indications se sont développées ; les torticolis spasmodiques, les spasmes du visage, les dysphonies, les douleurs des articulations temporo-mandibulaires, et en médecine esthétique (rides du front et autour des yeux). Le traitement consiste à injecter de très faibles doses de substance active de toxine botulique purifiée directement dans les muscles responsables des rides afin de les relaxer.

Principes

Le principe de la toxine botulique consiste en l’utilisation des propriétés de relaxation musculaire de ce produit.

  1. En esthétique :

Le but le plus souvent recherché est de réduire l’action des muscles situés au niveau du front et des sourcils, afin d’atténuer aussi bien les rides horizontales que les rides verticales provoquées par la contraction de ces muscles.

Une telle utilisation permet de lisser les reliefs cutanés et d’obtenir ainsi un effet de rajeunissement par relâchement de la tension musculaire.

D’un point de vue plus global, il faut savoir que la position des sourcils est assurée par un équilibre entre deux forces opposées, constituées par des muscles abaisseurs (situés au voisinage des sourcils) et un muscle releveur (le muscle frontal).

Les rides horizontales sont dues à la contraction du muscle frontal qui est releveur. Les rides verticales inter-sourcilières sont occasionnées par la contraction des muscles abaisseurs.

Le traitement par toxine botulique doit être conçu et géré dans le temps : il convient donc de traiter progressivement et d’éviter le risque « d’en faire trop » lors des premières injections.

  1. Pour les douleurs des articulations temporo-mandibulaires:

Le syndrome Algo-Dysfonctionnel de l’Appareil Manducateur (SADAM) parfois appelé syndrome de Cotten est une pathologie complexe dépendant de nombreux facteurs (occlusion dentaire, stress psychologique, pathologies articulaires, position cervicale…). De nombreux traitements peuvent être proposés (équilibration de l’occlusion dentaire, gouttière de libération occlusale, ostéopathie, posturothérapie, kinésithérapie, orthodontie, chirurgie orthognathique…). Dans certains cas, il peut y avoir un intérêt à agir directement sur les muscles qui compriment l’articulation temporo-mandibulaire.

Déroulement des injections

  1. La peau est désinfectée

  2. On injectera  ensuite à l’aide d’une seringue et d’une aiguille, des petites doses de solution de Toxine Botulique de type A dans les muscles de la glabelle, sur des points très précis.

  3. Il n’est pas nécessaire de pratiquer une anesthésie locale au préalable, les injections étant très peu douloureuses.

Effets obtenus

  1. L’efficacité apparaît dès la première semaine, atteint son maximum en un mois et se maintient pendant 4 mois environ. Le retour à l’état initial est progressif et à partir du 4ème ou 6ème mois les contractions musculaires reprennent lentement et les rides réapparaissent progressivement telles qu’elles étaient avant l’injection. Une nouvelle séance d’injection de toxine botulique peut être alors proposée.

  2. Le résultat des injections de la toxine botulique à visée esthétique peut être variable d’un patient à l’autre. Il dépend des caractéristiques anatomiques des muscles, en particulier de leur puissance, de l’épaisseur de la peau et de la profondeur des rides.

  3. Plus les muscles sont puissants et la peau est épaisse et moins le résultat sera complet.

Les injections de toxine botulique à visée esthétique ont pour objectif de vous satisfaire dans des proportions réalistes. Seule une évaluation précise, avec votre médecin, des modifications de votre aspect esthétique que la toxine botulique peut induire, vous permettra d’obtenir le meilleur résultat.toxine_muscles

Calendrier des injections

  1. Il varie en fonction des patients. En général une 2ème séance est à prévoir en respectant un délai de 3 mois minimum et une troisième séance se fera après 9 à 12 mois, soit une moyenne de trois séances par an pour maintenir un résultat.

  2. Les réinjections se feront à partir du moment où la ride réapparaît et que vous en faîtes la demande.

  3. La formation d’anticorps est possible, mais elle reste exceptionnelle dans l’utilisation esthétique de la toxine. Cependant pour éviter cet effet « vaccin », il est nécessaire de respecter un délai minimum de 3 mois entre chaque séance, sauf retouche éventuelle.

Contre-indications

  1. Les contre-indications sont peu fréquentes, mais importantes à respecter.

Les contre-indications absolues sont:

– les maladies neuro-musculaires comme la myasthénie,

– un traitement concomitant avec des aminosides (famille d’antibiotique dont font partie l’amiklin et la gentalline),

– une allergie à la neurotoxine botulique A ou au sérum albumine

  1. une attente de résultats irréalistes.

  1. Des contre-indications locales relatives existent :

– cicatrices, dermatose inflammatoire en poussée entre les sourcils. Il faudra les traiter au préalable.

– Un traitement anticoagulant ou antiagrégant (aspirine par exemple) à dose efficace en cours, nécessite des précautions d’emploi. Vous devez par conséquent, en cas de moindre doute, effectuer les examens nécessaires et en communiquer les résultats à votre médecin.

– Toute grossesse, même débutante (quelques jours seulement) nécessite de repousser la date des injections après la grossesse et l’allaitement. Vous devez par conséquent, en cas de moindre doute, effectuer les examens nécessaires et en communiquer les résultats à votre médecin.

– Si vous avez un ennui de santé quelconque (notamment infection, grippe, abcès dentaire…) vous devez impérativement en faire part à votre médecin avant l’injection. D’une manière générale, vous ne devez pas hésiter à mentionner à votre praticien le moindre problème de santé rencontré afin que celui-ci apprécie l’opportunité des injections. Dans le même ordre d’idée, vous devez lui faire part de toutes vos interrogations et mentionner tous les traitements dont vous avez pu faire l’objet ou dont vous faites encore l’objet. Celui-ci jugera alors avec votre médecin traitant de l’opportunité des injections sur votre personne

Prévenez également votre médecin, si vous êtes soigné(e) par ailleurs par des injections de toxine botulique pour des spasmes pathologiques ou pour une hyper-sudation.

D’une manière générale, vous ne devez pas hésiter à mentionner le moindre problème de santé

Effets secondaires et complications

  1. Les effets secondaires et les complications sont rares et transitoires, ils seront d’autant plus facilement évités que les contre-indications et les précautions d’usages seront respectées.

– Ecchymoses (bleus), œdème (gonflement), douleurs aux points d’injections.

– Mal de tête passager

– Ptosis de la paupière supérieure, se manifestant par une ouverture limitée de la paupière. Cet effet est rare (0.5% à 5% des cas) et est toujours réversible, sa durée est plus courte que l’effet de la toxine botulique sur les rides et peut durer jusqu’à 4 semaines environ. Un traitement local pourra être prescrit par votre médecin le cas échéant.

– Abaissement des sourcils, résultats asymétriques, une correction sera alors possible par de minimes injections

– Diplopie transitoire (vue double)

– Résistance au traitement

– Allergie à la toxine botulique

Les imperfections de résultat

1) Imperfections localisées

  1. Dans quelques cas, des imperfections localisées (persistance de petites ridules) peuvent être observées sans qu’elles constituent de réelles complications. Elles dépendent de l’aspect de surface de la peau qui peut présenter, déjà avant les injections, une «cassure» indélébile due à l’ancienneté de la ride.

  2. Il peut exister aussi des résultats insuffisants et même asymétriques : ils sont dus au fait que nous avons des muscles plus ou moins puissants et surtout souvent asymétriques.

Ces imperfections sont en général traitées par une injection complémentaire de toxine botulique, le mois suivant l’injection.

  1. Il convient de remarquer que, si une injection complémentaire localisée peut parfois être souhaitable après une injection pour parfaire le résultat, celle-ci ne doit pas être réalisée avant le 15e jour car les balances musculaires (équilibre entre les groupes de muscles) mettent environ 15 jours pour s’établir.

2) Asymétrie résiduelle

  1. Une asymétrie des deux côtés du visage ainsi que des rides plus marquées d’un côté que de l’autre existent le plus souvent avant l’injection.

  2. Enfin, le muscle responsable de la ride peut être plus puissant d’un côté que de l’autre. Cela est généralement analysé avant l’injection. Dans une telle hypothèse, les injections se feront suivant une technique adaptée et légèrement différente d’un côté par rapport à l’autre. Malgré cette précaution, une asymétrie résiduelle peut persister et est éventuellement susceptible de bénéficier d’une injection complémentaire.

  1. Les actes à visée esthétique ont pour objectif de rendre plus heureux et de vous satisfaire dans des proportions réalistes. Il arrive cependant parfois que l’effet ainsi escompté ne soit pas atteint et que ces actes augmentent au contraire des troubles psychologiques préexistants. Le vécu post-injection peut être extrêmement différent d’un patient à l’autre, et ce même avec un résultat esthétique comparable.

Dans le cas de la toxine botulique, le rajeunissement est obtenu en contrepartie d’une diminution, voire disparition, de certaines expressions du visage. Cet aspect a été évalué avec vous pour éviter les risques de déconvenues, notamment si vous êtes acteur, présentateur, etc.

Informations complémentaires

  1. S’agissant d’un acte à visée esthétique, aucune prise en charge par l’Assurance Maladie ne peut avoir lieu, y compris pour un arrêt de travail (sauf cas exceptionnel aucun arrêt d’activité n’est nécessaire).

  1. Il est convenu que des photos avant/après l’intervention seront effectuées dans un but de suivi du traitement et de tenue du dossier médical et éventuellement dans un but  exclusivement scientifique et/ou éducatif.

  1. Votre spécialiste vous a communiqué toutes les informations sur les résultats attendus, les éventuels aléas relatifs à ce type de traitement, les effets secondaires possibles, les inconvénients mineurs et tous les risques connus inhérents à cet acte médical. Si l’un de ces points reste incompris, vous devez absolument lui en faire part.

Pour en savoir plus

La toxine botulique est une substance qui diminue la contraction des muscles en agissant au niveau de la jonction neuromusculaire (action myorelaxante).

Depuis 1975, les médecins utilisent la toxine botulique pour corriger le strabisme de l’enfant, les tics du visage et les clignements incontrôlables de l’œil.

En France, les premières autorisations de mise sur le marché (AMM) sont apparues à partir de 1990 pour certaines indications pathologiques (ophtalmologie, ORL, rééducation fonctionnelle, neurologie).

En ce qui concerne l’esthétique médicale, le Docteur Carruthers, ophtalmologiste au Canada, s’est aperçu le premier que ses patients traités par la toxine botulique avaient moins de rides autour de l’œil que les autres. En 1990, une patiente observatrice lui demanda d’harmoniser l’autre œil : c’est ainsi que l’indication esthétique est née.

La toxine botulique sous le nom de Botox® a reçu, aux États-Unis, l’autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) en 2002 pour son utilisation dans le traitement des rides inter-sourcilières ou « rides du lion ».

En février 2003, les autorités administratives françaises chargées du contrôle des médicaments ont pour la première fois délivré une AMM dans un but esthétique à la toxine botulique sous le nom de Vistabel® (laboratoire Allergan). Cette autorisation concerne l’utilisation esthétique pour le traitement des rides de la glabelle (rides inter-sourcilières ou « rides du lion ») sous certaines conditions de compétence des praticiens et de modalités d’utilisation.

Pour le cas où des injections seraient pratiquées dans le domaine de l’esthétique en dehors de ce site anatomique, elles seraient alors réalisées « hors AMM ».

En pratique, les indications les plus classiques de la toxine botulique dans le domaine de l’esthétique concernent les rides inter-sourcilières, les rides du front et les rides de la patte d’oie.

Conseils avant et après une injection de toxine botulinique

Cette fiche d’information a été conçue pour tenter de répondre à toutes les questions que vous pouvez vous poser si vous envisagez d’avoir recours à injection de toxine botulique.

Définition

  1. La toxine botulique est indiqué la correction temporaire d’une contraction musculaire trop importante
    – par exemple, pour les rides inter-sourcilières liées à une contraction d’un muscle du front,
    – ou encore, dans des muscles plus importants de la mâchoire, pour des troubles du fonctionnement de l’articulation temporo-mandibulaire.

  2. La toxine botulique est un médicament réservé à l’usage professionnel; sa prescription est réservée aux spécialistes en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique, en dermatologie, en chirurgie de la face et du cou, en chirurgie maxillo-faciale et en ophtalmologie.

Que faire avant une injection?

  1. Éviter de prendre de l’aspirine ou tout médicament agissant sur la coagulation du sang durant les 8 jours avant l’injection.

  2. Faire part à votre médecin de tous les médicaments que vous prenez. Venez avec la liste des médicaments que vous avez pris dans les 8 derniers jours.

  3. Faire la liste des maladies chroniques dont vous souffrez ou avez souffert (ex: maladies neurologiques).

  4. Mentionner à votre médecin les traumatismes ou blessures de la face, mêmes anciens, que vous avez subis.

  5. Lire attentivement la fiche de consentement éclairé et noter les questions que vous souhaitez poser à votre médecin avant l’injection.

  6. Évitez si possible d’être maquillé(e) ou démaquillez-vous avant l’injection.

  7. Évitez de venir au rendez-vous en 2 roues afin de ne pas avoir à porter de casque juste après l’injection (cf «Que faire après une injection?»).

  8. Il est inutile d’être à jeun.

toxine2

Que faire après une injection?

  1. Ne pas frotter, masser ou comprimer la zone des points d’injection pendant les 24 heures qui suivent l’injection. Par exemple: éviter de porter casque, bandeau, lunettes de natation, masque de plongée et d’appuyer le front sur un plan dur allongé sur le ventre.

  2. Ne pas faire de sport intensif pendant les 2 heures qui suivent l’injection.

  3. Éviter de prendre de l’aspirine pendant les 8 jours qui suivent l’injection.

  4. Prévoir le rendez-vous de contrôle avec votre médecin dans les 2 semaines qui suivent l’injection.

Les effets de l’injection de Toxine Botulique commencent à être visibles au bout de quelques jours.

Votre médecin est à votre disposition pour toute information complémentaire.

 

Préparation : Antiseptiques locaux.

Durée de la chirurgie : 10 à 20 minutes.

Anesthésie : Anesthésie de contact (Crème Emla).

Douleur : Absente ou modérée (1/7), nécessite exceptionnellement un recours aux antalgiques.

Soins : Spray adoucissant, maquillage des rougeurs ou petits bleus si besoin.

Complications : Rougeurs, bleu, œdème ; rare : infection, allergie, maux de tête.

Contre-indications temporaires ou définitives : traitement faisant saigner.

Suivi : Visite à 8-10 jours; contrôle à 2 mois.

Éviction sociale : 0 à 24 heures.

Coût : 200 à 600 € en fonction de la quantité injectée et du plan de traitement

Que faut-il savoir sur les oreilles décollées?

Pourquoi opérer ?

Une otoplastie est une intervention chirurgicale qui a pour objectif de corriger une anomalie des pavillons de l’oreille qui sont trop décollés soit par excès de cartilage, soit par défaut de plicature de ce cartilage, soit en associant ces deux anomalies.

Comment se déroule l’intervention ?

  1. Les cheveux seront lavés le matin ou la veille de l’intervention et tenus attachés si ils sont longs ; les boucles d’oreille seront enlevées.

  2. L’intervention se déroule sous anesthésie locale ou générale.

  3. Les otoplastieincisions sont situées en arrière et parfois en avant de l’oreille dans des zones dissimulées. Le modelage de l’oreille est réalisé en agissant sur le cartilage et parfois en ôtant une languette de peau en arrière de l’oreille.

  4. En fin d’intervention, un pansement compressif est appliqué.

  5. Bien que cela ne soit pas systématique, prévoyez 2 à 3 jours d’arrêt de travail ou de dispense scolaire.

Les suites opératoires habituelles et les soins post-opératoires.

  1. la douleur est traitée par des antalgiques et disparaît en quelques jours. Les antalgiques sont plus efficaces s’ils sont pris avant que la douleur n’apparaisse. Cependant, l’oreille peut rester sensible pendant quelques semaines. Une ordonnance sera donnée à la sortie.

  2. En cas  de douleurs importantes et anormales, il faut reprendre contact avec l’équipe chirurgicale.

  3. il peut y avoir un œdème et des saignements modérés juste après l’intervention.

  4. le plus souvent, vous serez revu le lendemain ou le surlendemain de l’intervention pour un pansement.

  5. une protection par bandeau peut être prescrite pendant quelques semaines, surtout la nuit ou en cas de risque de traumatisme (dispense de sport et de baignade pendant quelques semaines). Habituellement, le bandeau est porté pendant 15 jours la journée, et 2 mois la nuit. Les sports violents à risque de retournement de l’oreille (sports collectifs avec ballon, sports de combat…) sont à éviter pendant 2 mois.

Les risques

Tout acte médical, même bien conduit, recèle un risque de complications. Il ne faut pas hésiter à prendre contact avec l’équipe chirurgicale qui vous a pris en charge (Contactez le 15 en cas d’urgence grave).

Les risque possibles sont les suivants :

  1. Des saignements abondants sont rares pendant ou après l’intervention. Dans des cas exceptionnels un hématome peut survenir et nécessiter de réopérer afin d’éviter un risque de déformations.

  2. Une augmentation de la sensibilité des oreilles pendant plusieurs semaines, pouvant gêner le port de lunettes.

  3. Présence de petites irrégularités malgré un résultat global  satisfaisant ou légère asymétrie de forme sachant que les oreilles sont rarement symétriques au départ.

Les risques exceptionnels sont les suivants :

  1. Troubles de cicatrisation de la peau derrière l’oreille qui devient épaisse, sensible et disgracieuse (cicatrice chéloïde). Cette complication rare est difficile à traiter et peut nécessiter de nouvelles opérations.

  2. Infection au niveau des oreilles pouvant entrainer une déformation secondaire du cartilage.

Préparation : Douche la veille.

Temps d’hospitalisation : Chirurgie ambulatoire ou 24 H

Durée de la chirurgie : 60 à 90 minutes.

Anesthésie : Locale ou sédation vigile ou générale.

Douleur : Modérée (3/7), calmée par les antalgiques légers et anti-inflammatoires de courte durée.

Soins : Pansement de protection 48 heures, puis simple désinfection à la maison après la douche de la cicatrice, fils 4 à 8 jours, bandeau souple 3 semaines.

Complications rares : hématome, infection, cicatrisation retardée ou anormale / exceptionnelle : nécrose cutanée.

Contre-indications temporaires ou définitives : Tabac, hypertension, diabète mal équilibré, traitement faisant saigner.

Eviction sociale : 3 -8 jours.

Coût : La sécurité sociale rembourse entre 120 et 200€. Les compléments d’honoraires varient entre 150 et 500€ en fonction de la complexité.

Qui peut exercer la chirurgie esthétique du visage?

La chirurgie esthétique…
La notion de chirurgie esthétique est née de la chirurgie maxillo-faciale pendant la première guerre mondiale. En effet, à cette époque, les chirurgiens (qualifiés de «dur» ou «mou») ne savaient que «amputer» un organe lorsqu’il était malade ou blessé. L’apparition de nombreux blessés de la face est à l’origine des «gueules cassées». C’est à cette époque que les chirurgiens ont pris conscience de la nécessité de reconstruire. Avec l’évolution des techniques, la chirurgie a évolué vers des notions plus fines. C’est ainsi qu’est né la notion de chirurgie du visage, alors appelée chirurgie maxillo-faciale.

Devant la constatation de certains abus (médecins ou non médecins pratiquant des intervention à la limite de la chirurgie esthétique), les compétences dans le domaine ont été légiférées, et seuls les praticiens suivant ont l’autorisation de réaliser de la chirurgie esthétique :

“ – L’équipe médicale pratiquant dans ces installations les interventions de chirurgie esthétique ne comprend que :
“ 1° Un ou plusieurs médecins qualifiés spécialistes ou titulaires d’un diplôme d’études spécialisées complémentaires de groupe II en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
“ 2° Un ou plusieurs médecins qualifiés compétents ou titulaires d’un diplôme d’études spécialisées complémentaires de groupe I en chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.
“ 3° Un ou plusieurs médecins qualifiés spécialistes ou compétents en anesthésie-réanimation ou qualifiés spécialistes en anesthésiologie-réanimation chirurgicale.
“ 4° Un ou plusieurs médecins qualifiés spécialistes en chirurgie maxillo-faciale, en chirurgie maxillo-faciale et stomatologie, en stomatologie, en oto-rhino-laryngologie, en oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale, en ophtalmologie, en gynécologie-obstétrique ou en chirurgie urologique, ou qualifiés compétents ou titulaires d’un diplôme d’études spécialisées complémentaires de groupe II en chirurgie maxillo-faciale, en chirurgie maxillo-faciale et stomatologie, en chirurgie de la face et du cou, ou en chirurgie urologique.
“ Les médecins mentionnés aux 2° et 4° n’exercent la chirurgie esthétique que dans le cadre de la spécialité dans laquelle ils sont inscrits au tableau de l’ordre».

Continuer la lecture